Chinese Man : « On a la volonté de bien promouvoir les artistes qui sont sur le label »

Chinese man

A la Nuit de l’Erdre, on a rencontré le groupe Chinese Man pour parler de leurs débuts mais aussi de leur avenir. Retour sous cette rencontre effectuée sous une chaleur caniculaire.

 

Info-Festival : On vous avait vu aux Solidays il y a deux ans, vous y étiez encore la semaine dernière, il y a quelque chose de spécial avec ce festival ?

 

Chinese Man : On y a déjà joué 5 fois donc c’est qu’ils nous aiment bien et nous aussi. En plus, on vient pour y défendre une cause donc ça ajoute un petit plus. Ils nous suivent depuis nos débuts. On tourne depuis longtemps donc on est amené à refaire les mêmes festivals. Comme l’ambiance est bonne là-bas, on y retourne avec plaisir.

 

IF : Je vous ai vu pour la première fois en 2007 à Mayenne, c’était la première fois que je voyais un groupe diffuser des vidéos en fond de scène. Étiez-vous des précurseurs ? Comment vous est venue l’idée ?

 

Chinese Man : Précurseurs, on ne sait pas mais on a fait parti des premiers à le faire. On l’a fait car on s’est rendu compte que la musique électronique, ça pouvait être chiant à regarder sur scène. Du coup on a fait appel à des potes qui nous ont aidé à créer toute la vidéo. C’est sûr qu’en France on était dans les premiers.

 

IF : Je vous ai vu peut-être une dizaine de fois et j’ai l’impression que ce n’était jamais la même formation. Ca fonctionne comment Chinese Man ? Qui fait quoi ?

 

Chinese Man : On est trois à être permanents et à chaque fois qu’on créé un spectacle, on invite des MCs ou des musiciens différents. Pour le public et pour nous, ça serait un peu chiant de refaire le même spectacle indéfiniment.

 

IF : Chinese Man c’est un peu une grosse famille, comment vous faites pour que les MCs ou les musiciens s’intègrent bien?

 

Chinese Man : C’est surtout dans le choix des invités. C’est important que les gens qu’on invite comprennent notre univers, qu’ils aient les mêmes influences que nous, les mêmes aspirations musicales. On les connait humainement donc on sait que ça va marcher. On ne pourrait pas collaborer avec un mec qu’on croise. Il faut qu’on le rencontre, qu’on discute et qu’il y ait des ponts entre les artistes qu’on invite et nous.

 

Chinese Man

 

IF : Le label évolue petit à petit, vous référencez 10 artistes. Comment vous le voyez évoluer ?

 

Chinese Man : On est un petit label qui reste géré de manière assez familiale avec une bonne équipe au bureau. On n’a pas d’énormes ambitions, on développe le projet à la hauteur de ce qu’on est capable de faire.

On a aussi la volonté de bien promouvoir les artistes qui sont sur le label. Si on avait trop de signatures, on ne pourrait pas le faire.

 

IF : Le label, les tournées, les albums, vous faites comment pour gérer tout ca ?

 

Chinese Man : On est pas tout seul. On est une quinzaine sur le label donc ça se fait bien.

 

IF : Et ma dernière question, pour 2019, vous allez bosser sur quoi ?

 

Chinese Man : On vient de tourner deux ans avec le dernier album. L’an prochain, on va tourner à l’étranger avec une formule plus allégée. On a aussi deux ou trois projets alternatifs dans les tiroirs donc on verra…

 

Source Photo : https://www.facebook.com/chineseman/ 

Par Florent le 28/07/2018

Ajouter un commentaire