La-33 : « Ce qui nous intéresse, c’est profiter de la vie »

La-33

Au foin de la Rue nous avons rencontré le groupe colombien La-33. Quelques heures avant qu’ils entrent sur scène diffuser leur salsa ensoleillée, nous avons posé nos questions à Sergio (basse), Juan David (timbales – percussion) et Santiago (piano) .

 

Info-festival : La 33 qu’est-ce que c’est ? Pouvez-vous me faire une présentation globale de votre groupe.

La-33 : Nous sommes un groupe de salsa colombienne de 12 musiciens. Cela fait 16 ans qu’on a débuté. Nos sonorités s’inspirent de la salsa des années 70. Nous avons aussi des influences très rock qui pimentent notre salsa.

 

Info festival : Comment se sont rencontrés les membres du collectif ?

La-33 : On a commencé à jouer dans la maison de nos parents. A l’époque, on faisait des études dans le milieu musical. Nous avons fait appel à nos contacts musiciens pour qu’ils nous rejoignent. A alors commencé une rotation qui a aboutie, un an après, à la formation d’un groupe qui ressemble à celui d’aujourd’hui.

 

Info Festival : Pour les gens qui ne parlent pas espagnol, de quoi traitent vos chansons ?

La 33 : Premièrement, tous les membres écrivent les textes. Ils évoquent des choses personnelles qui nous tiennent à cœur comme l’importance de profiter de la vie mais aussi des histoires d’amour passées avec nos conjointes quand nous étions jeunes. Nous évoquons un peu la politique mais plus globalement, ce qui nous intéresse, c’est profiter de la vie.

 

Info Festival : Vous avez fait le tour du monde pour diffuser votre musique. Quel est votre meilleur souvenir ?

La-33 : Le festival « Tempo Latino » qui est un grand festival de salsa dans le sud de la France (à Vic-Fezensac dans le Gers). Les gens viennent spécialement pour écouter de la salsa. Les spectateurs attendent cette date tout les ans et il y a des décorations spéciales. C’était un moment très chaleureux.

 

 

Info Festival : Quelles sont les différences entre le public sud-américain et le public européen ?

La-33 : La taille, vous êtes plus grands (rire). En Colombie et en Amérique du sud plus globalement je pense qu’il n’existe pas de culture du festival comme ici même si, ça commence à évoluer et que des festivals se créent. En conséquence, les gens se déplacent pour voir des groupes qu’ils connaissent déjà, pour chanter des chansons qu’ils connaissent déjà. En Europe c’est différent car le public aime plus explorer et découvrir des choses nouvelles. La curiosité du public européen a toujours suscité mon attention car ça me paraît positif.

 

Info Festival : Je dois vous avouer que le public français n’a pas les hanches faites pour danser la salsa. Avez-vous un conseil pour qu’on profite tout de même de votre concert ?

La-33 : Tu pourras bouger la tête. (rire) Ca nous importe peu que tu danses bien ou mal. L’important, c’est que tu t’exprimes avec ton corps en faisait ce que tu veux. La danse libère donc si tu te sens bien peu importe si tu danses bien ou mal.

 

Info Festival : Pour les français qui voudraient découvrir votre pays, avez-vous un lieu à leur conseiller pour écouter de la bonne musique colombienne ?

La 33 : Cali est la capitale de la salsa en Colombie. Après, il y a beaucoup de diversités donc si tu vas sur la côte caribéenne, tu vas écouter un type de musique, si tu vas sur la côte pacifique, un autre… Il y a donc beaucoup de lieux à visiter. A Bogotá, il y a des bons lieux pour écouter aussi bien de la salsa que du rock ou même des musiques électroniques. Il y a beaucoup de projets qui visent à diffuser de la musique en live. Sur la côte pacifique, il y a la province del Choco où il y a beaucoup de musiques et de traditions. Il y a aussi un festival d’accordéon à Valledupar dans le nord...

 

Info Festival : C’est vous qui allez ouvrir le festival d’ici 2h, comment vous sentez-vous ?

La 33 : On se sent jetlagué (rire). On est très pressé de jouer. On a terminé les balances et tout est prêt donc on se sent décontracté et pressé de pouvoir divertir le public. Le festival a une très bonne équipe technique et les gens sont très attentifs donc on se sent bien.

 

Pour en savoir plus sur le groupe, rendez-vous sur leur site Internet ou leur Facebook.

 

Par Florent le 17/10/2017

Ajouter un commentaire