Les Arts Sonnés #6

les arts sonnés 2017

Après un bel été de festival, nous entrons dans les derniers weekends festifs de l’année. Cette fois c’est à Saint André des Eaux qu’Info Festival débarque. Nous avions encore le soleil dans le 35 mais c’est sous la pluie que nous accueille ce village des Côtes d’Armor. Nous nous installons autour de leur lac, un cadre magnifique pour poser la tente ce weekend aux Arts Sonnés, espérons que le soleil revienne pour apprécier à sa juste valeur le cachet du lieu. Après une roue de caravane pliée et une voiture emboutie, nous commençons le weekend à l’abri des gouttes sous le barnum. L’apéro passé, ce sont les notes de Tété qui nous rappellent pourquoi on est venu. Nous chaussons les bottes et c’est parti pour la première soirée. Après avoir récupéré la carte Presse tant attendue, nous entrons sur le site pour assister à la fin du concert de Tété, tout en simplicité, muni de sa guitare, l’artiste entame la chanson la plus connu du grand public « A la faveur de l’automne », issu de l’album du même nom sorti en 2003. C’est avec 17 ans de carrière et bon nombre de collaboration avec des artistes populaires, dont Frero Delavega et Joyce Jonathan pour les plus récents que Tété continue sa carrière, se tournant également vers la comédie.

Est venu pour nous le moment de découvrir pour la première fois l’envers du décor, nous décidons de passer de l’autre côté. Nous sommes reçus comme des rois, nous avons même eu la chance de côtoyer les artistes notamment quelques membres du groupe Tryo dont Guizmo, enfant du pays, qui n’est autre que le programmateur du festival depuis de nombreuses années. C’est donc à lui que l’on doit chaque année la venue d’artistes de renommée aux Arts Sonnés. Ce festival, qui se veut familial, n’a pas la prétention de s’agrandir plus. En effet ce n’est pas moins de 2000 personnes par soir qui viennent applaudir et profiter de la musique.

A l’image du festival, c’est en famille qu’Alain Souchon est venu ce soir avec ses deux fils, Pierre et Ours, reprendre ses plus grands succès dont pour n’en cité qu’un « Allo maman bobo ». Nous avons eu la chance de le voir en dehors de la scène avant d’y monter sans pouvoir pour autant l’approcher. Sa nonchalance se transmet apparemment dans les gènes, puisque ses deux fils, musiciens également, ont la même gestuelle et la même intonation dans la voix que leur papa. Un bon moment qui a ravi la foule « sentimentale » pour le coup et surtout nostalgique du temps avec ce monument de la chanson française présent depuis les années 70.

 

Les Arts Sonnés 2017
Copyright © K.Photographie

 

Nous profitons de l’entre-deux concert pour apprécier la boîte-à-clic, concept où on s’entasse à plusieurs dans une boite noire pour immortaliser la soirée avec quelques clichés. Les animations lasers, projetées sur le versant d’un chapiteau, éclairaient la nuit, entre baleines qui nagent, félins qui courent et formes psychédéliques.

Ensuite, changement de cap et de rythme pour le prochain groupe Sidi Wacho, un savant mélange de rap lillois et de cumbia tout droit venue du Chili, tout cela accompagné d’un accordéon, d’une trompette et de percussions. Ce groupe formé l’année passée réunit des membres bien connus du groupe MAP (ministère des affaires populaires) avec leurs chansons tantôt provocatrices, tantôt porteuses de messages sur l’actualité et les travers de notre société. Pour ce groupe assez novateur dans le mélange des genres, les textes sont toujours engagés, tout en nous faisant danser sur des rythmes latinos. Un bon moment passé à se déhancher tout en brandissant le poing : à suivre dans les prochaines années et surtout à revoir !

Voilà la première soirée qui se termine avec le groupe Lyre le Temps, son chanteur rappellera certainement quelque chose au public, en effet la façon de tenir son synthé et sa voix avaient interpellé lors un télécrochet bien connu des français sur la première chaine. Ce groupe strasbourgeois étonne par le mélange éclectique de leur musique, en effet l’électro se mêle aux sons jazzy-charleston avec des sonorités hip-hop où la voix particulière de Ry’m se pose parfaitement. Nous avons continué de bouger sur leurs chansons aussi bien étonnantes que détonantes.

Les gouttes nous ont épargné ce soir, même si les chapiteaux, prévus pour les concerts, nous auraient abrités.

 

Les Arts Sonnés 2017
Copyright © K.Photographie

 

Après un après midi teinté de multiples averses, nous devons quitter cette ambiance bien sympathique et l’apéro entre amis, il est temps de rejoindre le site en ce deuxième jour pour accueillir Mon Coté Punk qui joue de bonne heure. Mourad Musset, chanteur et guitariste de La Rue Ketanou, est à l’origine de ce groupe. On y retrouve également plusieurs membres du Théâtre Du Fil ainsi que l’ancien guitariste de Padam qui donne un style bien plus électrique qu’au groupe original de Mourad sur certains morceaux, mais l’influence du jazz manouche est bien présent tout au long du concert que ce soit dans les paroles ainsi que pendant les titres joués en guitare électro acoustique.

Ensuite vient le temps d’une ambiance de folie portée par Biga*Ranx que nous suivons depuis très longtemps. Cette fois encore nous lui accordons une écoute attentive car depuis un certain changement de style nous avions eu plusieurs déceptions. Son nouvel album « 1988 » est bien plus lent que ce nous aurions imaginé il y a quelques années, mais on y retrouve tout de même des réalisations de qualité. Toujours accompagné de sa choriste, ils ont mis le feu sous le chapiteau. Malgré la fraicheur de la soirée pluvieuse, le public est en ébullition.

Après une bonne introduction reggae, voici The Sunvizors, groupe reggae/trip-hop Morbihanais, qui est né de l’alliance entre les musiciens de San Jyla et Joy une chanteuse folk à la voix à la fois douce et rocailleuse. Ils nous proposent une musique très posée et reposante ce qui donne la conclusion reggae parfaite de cette soirée.

On passe maintenant à Soviet Suprem, groupe de chanson française aux influences de musique soviétique et balkanique, hip-hop et électro : imaginez un peu le style. Nous n’avions pas eu l’occasion de les voir en concert. Formés par les chanteurs de Java et de La Caravane Passe accompagnés d’un DJ, ils nous proposent une ambiance tellement anti-capitalisme entre autre avec leurs costumes soviétiques et leurs paroles engagées qu’on entre rapidement dans leur projet complètement déjanté. Ils nous ont mis une ambiance géniale qu’on a qu’une seule envie : les retrouver sur notre route avec de nouvelles compositions.

Et puis pour finir cette édition 2017, nous retrouvons sur scène Le P’tit Son composé de 6 musiciens multi-instrumentalistes guidés par la musique festive et les rythmes du jazz manouche, ils terminent la tournée de leur 15ème anniversaire « Marche ou rêve ».  Le P’tit Son est, si vous ne connaissez pas, ce qu’il peut se faire de mieux dans ce style musical : un grand bravo à eux pour leurs compositions pleines de vie.

Nous voilà au terme d’un pur weekend breton, de la pluie, de la bonne musique et de la bonne bière. Nous retournerons sans hésiter à ce rendez-vous. Une programmation qui se veut simple mais qui en cherchant bien, est bourrée d’artistes de renommés.

 

Les Arts Sonnés 2017
Copyright © K.Photographie

 

Par infofestival le 06/05/2018

Ajouter un commentaire